La péridurale

Jusque dans les années 70, l’accouchement était forcément synonyme de douleur. Désormais, les femmes ont la possibilité d’accoucher sous « péridurale », c’est-à-dire, sous l’effet d’un anesthésique qui « endort » la douleur dans le bas de votre corps.

On l’appelle péridurale (étymologie « peri= autour » et « durale = la mère ») car l’injection se fait dans l’espace qui entoure « dure-mère », la paroi qui protège la moelle épinière.

On estime, aujourd’hui en France, que près de 70% des femmes accouchent sous péridurale.

Cette technique peut aussi être utilisée comme anesthésique pour une naissance par césarienne.

Visite chez l’anesthésiste

La péridurale est posée le jour de l’accouchement mais votre sage-femme ou votre gynécologue vous en aura parlé avant le jour J. En effet elle requiert une visite chez un anesthésiste qui vérifiera qu’elle pourra être posée sans danger pour vous et votre bébé. Il vous prescrira notamment des examens sanguins pour réaliser un test de coagulation. Cette visite a lieu entre 4 et 6 semaines avant la date présumée de votre accouchement.

Une visite auprès d’un anesthésiste est d’ailleurs demandée à toutes les femmes enceintes et même à celles qui ne souhaitent pas en bénéficier, car nombre d’entre elles changent d’avis lorsque les contractions se font trop douloureuses.

Il faut donc s’assurer, qu’en cas de changement d’avis, la future maman puisse en profiter le jour de son accouchement.

La pose de la péridurale

La péridurale est posée le jour de la naissance, lorsque la dilatation du col est aux alentours de 4 ou 5 cm. Parfois plus parfois moins, tout dépend de votre situation. Dans tous les cas, la péridurale ne pourra pas être posée si la tête du bébé est déjà engagée dans le bassin maternelle.

La future maman doit alors se mettre en position assise, baisser les épaules et faire le dos rond pour que l’anesthésiste puisse injecter le produit anesthésiant et placer le cathéter convenablement. L’anesthésiste aura au préalable pris le soin d’anesthésier la zone du dos à piquer pour que vous éviter toute douleur.

Lorsqu’il vous posera la péridurale vos contractions seront à l’apogée de leur intensité, c’est pourquoi il faudra vous concentrer pour adopter la position demandée et surtout ne pas bouger. L’aiguille est insérée entre deux contractions.
Une fois la péridurale posée, la sage-femme sera tout spécialement attentive à votre tension artérielle (certaines femmes souffrent d’hypotension).

Le cathéter permet à l’équipe médical de doser l’anesthésie en temps réel et de l’adapter à votre douleur, vos sensations et ce tout le temps de votre accouchement.

La péridurale, si elle est bien dosée, vous permet de vivre véritablement votre accouchement. Les douleurs sont très amoindries mais vous continuez à « sentir » le bas de votre corps : le passage de la tête mais aussi du corps de votre enfant. Une péridurale mal dosée (trop forte) peut ralentir le travail.

Après l’accouchement

Après la naissance de votre enfant il se peut que vous souffriez de maux de tête (mais c’est relativement rare), et des difficultés à uriner. Ne vous inquiétez pas tout cela rentrera vite dans l’ordre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *