Les différentes positions pour accoucher

Dans l’imaginaire collectif, une femme qui accouche est couchée sur le dos, les jambes repliées et les pieds dans des étriers. Pourtant, toutes les naissances ne se déroulent pas selon ce schéma-là.
N’hésitez pas à en parler à votre gynécologue ou à votre sage-femme avant le jour de votre accouchement.
Le jour J, pour plus de confort et moins de douleur, n’hésitez pas à demander à changer de position si vous en ressentez l’envie ou le besoin.

Tour d’horizon des positions pour accoucher.

La position gynécologique

C’est la position dans laquelle la grande majorité des femmes accouchent aujourd’hui dans le monde occidental. Très confortable pour la personne qui va vous accoucher, elle lui permet de suivre le travail et la naissance très facilement. Elle permet aussi de poser très facilement le monitoring et l’ensemble des perfusions qui pourraient être nécessaires. Elle est idéal pour l’épisiotomie, le forceps, les touchers vaginaux.
Pourtant, elle n’est pas forcément la position la plus « naturelle » ni la plus physiologique. Diverses études montrent même que cette position ralentit le travail contrairement aux positions « couchée sur le côté » ou « accroupie ».
Elle est nettement plus confortable en revanche au moment de l’expulsion.

Sur le côté

La future maman est allongée sur le côté gauche car cela permet de laisser libre la veine cave qui ramène au cœur le sang en provenance des membres inférieurs du corps.
Cette position est confortable pour certaines femmes. Elle offre la possibilité de passer assez vite et plutôt facilement à la station debout ou à la position « 4 pattes ». Elle est donc plus flexible.

Debout, accroupie, assise

Ces positions dites « verticalisées » sont sans doute les plus adaptées à l’expulsion du bébé car elles jouent sur la pesanteur. Elles peuvent cependant se révéler fatigante pour la future maman.
Attention, ces positions ne sont pas recommandées à toutes les femmes et notamment à celles dont la poche des eaux est fissurée ou rompue. On risque alors la procidence du cordon, c’est-à-dire que le cordon se présente avant le bébé. C’est une urgence qui peut demander une césarienne.

Si vous souhaitez accoucher assise, il faudra avoir de bonnes cuisses bien musclées et un périnée bien souples car cette position facilite l’expulsion certes, mais augmente aussi les risques de déchirure.

Pour conclure, retenez que vous pouvez choisir la position que vous souhaitez (et tant que le corps médical vous y autorise bien entendu) pendant le travail et pendant l’expulsion.

Parlez-en avec votre sage-femme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *