Sexe et grossesse : quand l’amour fait mal

Votre gynécologue et votre médecin vous l’ont dit et redit : vos petits moments en toute intimité avec le futur papa sont toujours possibles, et il n’y a aucune raison pour que votre grossesse vous en prive.

Mais le fait est que, dans le feu de l’action, vos douleurs priment sur le plaisir. Que se passe-t-il ?

Votre libido n’en fait qu’à sa tête !

Tantôt, vous vous sentez au meilleur de votre forme, avec vos formes qui deviennent de plus en plus généreuses. Vous vous épanouissez, et cette période de bouleversement hormonal que vous traversez semble jouer en la faveur de votre libido.

Mais aussitôt, les pulsions que vous ressentez peuvent s’évanouir aussi vite qu’elles sont apparues. Les malaises vous reprennent, les douleurs lombaires se font sentir ; bref, plus de place pour les câlins.

« C’est normal, ce sont les hormones » est une des phrases que vous ne vous lasserez pas d’entendre tout au long de votre grossesse.

Ce qui est d’ailleurs tout à fait vrai, celles-ci jouant un rôle capital dans le bon déroulement de la gestation et dans le bon développement de bébé. Cependant, elles sont tout aussi responsables de vos excès de zèle, comme de vos baisses de forme et de vos sautes d’humeur.

Origines des rapports douloureux

La grossesse est une période très délicate. Il peut exister diverses raisons pouvant rendre les relations sexuelles peu confortables, voire même douloureuses. Les douleurs qui surviennent au moment des rapports intimes, notamment au moment de la pénétration, peuvent être provoquées par une sécheresse vaginale, celle-ci étant principalement due au dérèglement hormonal.

La sécheresse vaginale est observée au cours du premier trimestre de la grossesse. Elle s’estompe ensuite sur les prochains mois, jusqu’à la fin de la grossesse.

Outre l’action des hormones, votre humeur et votre état d’esprit jouent également un rôle prépondérant sur votre désir et le confort que vous ressentez dans les relations sexuelles. En effet, il est possible que vous redoutiez ces moments dans la crainte de faire mal au bébé, ou de risquer quoi que ce soit.

Rassurez-vous, il est tout à fait normal de ressentir de telles appréhensions. Par ailleurs, en début, comme en fin de grossesse, vos pensées se focalisent essentiellement sur la venue du bébé, et le sexe n’est pas ce qui vous intéresse le plus.

Dans tous les cas si vous avez des rapports douloureux parlez-en à votre médecin ou à votre sage-femme.

Patience, patience…

La grossesse n’est pas nécessairement synonyme d’abstinence. Si vous avez vainement essayé certaines approches quant aux relations intimes pendant la grossesse, le mieux est encore de s’armer de patience. Dans les premières semaines de la grossesse, vous êtes particulièrement vulnérable, sujette aux nausées et aux malaises, et vous vous inquiétez de tout et n’importe quoi.

Passé ce premier cap, vous vous sentirez petit à petit plus sereine et reposée. Vous serez rayonnante, pleinement épanouie et aurez d’ailleurs envie de profiter de cette belle période. Votre libido reviendra plus vite que vous ne l’imaginez !

Commentaires pour l'article : Sexe et grossesse : quand l’amour fait mal
  1. nany

    merci infiniment pour ces sacrés informations.

    -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *