L’amniocentèse

Amniocentèse : à quoi dois-je m’attendre ?

L’amniocentèse est un des nombreux examens auxquels votre gynécologue peut vous soumettre pendant la grossesse. À l’instar de ses pairs, l’amniocentèse est prescrite par le médecin ou le gynécologue, en vue de s’assurer de la bonne santé et du bon développement de votre bébé.

L’amniocentèse, un examen délicat

Contrairement aux examens de routine, l’amniocentèse est une procédure particulièrement délicate, que le médecin ne pose qu’en cas de nécessité. S’il s’agit d’une grossesse tardive (à partir de 38 ans), l’amniocentèse est systématiquement proposée, non obligatoire, mais fortement recommandée. S’il existe une prédisposition (antécédents familiaux) à une maladie héréditaire ou génétique, l’amniocentèse permettra de détecter une quelconque anomalie chez votre bébé.

L’amniocentèse, que l’on abrège généralement par « amnio », doit respecter certaines conditions, notamment le moment auquel on doit l’effectuer. En effet, il faudra d’abord s’assurer que le liquide amniotique dans lequel baigne votre enfant soit suffisamment épais. À cet effet, l’amnio peut être entreprise à partir de la 14ème SA (semaine d’aménorrhées), jusqu’au terme de la grossesse.

En cas de pathologie préexistante, il est possible que vous soyez soumise à une amniocentèse précoce, qui a généralement lieu vers la 17ème SA. Si les premiers examens révèlent que vous présentez un rhésus incompatible, l’amniocentèse vous sera prescrite dans le courant du 3ème trimestre en vue de s’assurer de la bonne santé de votre enfant.

En quoi consiste l’amniocentèse et quelle est son utilité ?

Pour procéder à l’amniocentèse, vous devrez vous rendre dans un hôpital, qui dispose du matériel nécessaire. Vous serez introduite dans une pièce dédiée à cet effet, l’examen devant être effectué dans un milieu stérile. Assisté en permanence par l’échographie, le médecin introduira une longue et fine aiguille au niveau de votre abdomen, en vue d’atteindre le liquide amniotique. L’intervention ne nécessite aucune anesthésie. Le médecin procède ensuite par la ponction, en vue de prélever entre 15 et 20 ml de liquide.

Le liquide prélevé sera ensuite envoyé au laboratoire, en vue d’établir la carte chromosomique, ou caryotype, de votre bébé. C’est à partir des informations obtenues au cours de ce processus que le médecin peut déceler une anomalie chromosomique, une quelconque malformation ou d’autres maladies héréditaires.

Mon bébé est-il exposé à des risques ?

Bien que très utile, l’amnio comporte effectivement certains risques non négligeables. Sur le déroulement en lui-même, il est possible que la ponction soit blanche, ou qu’un peu du sang fœtal ait été prélevé. Dans de rares cas, l’aiguille peut toucher le fœtus et provoquer la mort in utero. Une fuite du liquide amniotique à la suite du geste est également un risque.

Si l’amnio est posée tardivement, elle peut provoquer l’accouchement avant terme de votre bébé. Par ailleurs, après l’examen, votre médecin vous prescrira le repos pendant 1 à 2 jours. L’amniocentèse est un examen particulier, qui n’est prescrit qu’en cas de suspicion d’anomalie. Il vous revient de décider de vous y soumettre ou non, lorsque le médecin vient à vous le proposer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *