Médicaments et grossesse : les précautions à prendre

Dès que vous vous savez enceinte, appliquez impérativement cette règle d’or : pas d’automédication.

Ceci afin de préserver non seulement la santé de bébé, mais aussi de la maman.

Premiers réflexes

Même si une personne très proche de vous et qui semble avoir des symptômes similaires aux vôtres vous assure que tel ou tel médicament lui a été très efficace, vous ne devez jamais en prendre sans un avis médical.

La raison est très simple : un médicament ou un traitement médical qui a eu des résultats positifs sur une personne ne vous sera pas forcément bénéfique. De même, ne conseillez jamais un médicament, recommandez à vos amies une consultation médicale.

Ainsi, il est fortement recommandé de voir un spécialiste avant de prendre un médicament, même pour un « simple » rhume. Aussi, n’oubliez jamais de mentionner votre grossesse lors d’une consultation médicale.

Dans la même optique, une personne qui prend ou qui utilise régulièrement un médicament et qui désire avoir un enfant devra consulter une spécialiste, par précaution.

Risques et mesures à prendre

La prise d’un médicament sans un avis médical durant la grossesse peut engendrer des complications. Les risques peuvent aller de simples malaises à une fausse couche chez la mère, et des malformations à un handicap pour le bébé.

Cependant, il existe des mesures simples que l’on peut considérer en cas de maladie ou de besoin d’un quelconque traitement au cours de la grossesse. Vous pouvez vous informer sur les alternatives naturelles.

La médecine douce peut soulager et guérir de nombreuses maladies, toutefois, elle aussi, doit être utilisée à bon escient. L’avis d’un médecin ou d’un spécialiste reste indispensable, même pour un remède naturel. Par exemple, en réflexothérapie, il y a des points qui, trop pressés, peuvent conduire à une fausse couche. Il convient alors d’informer expressément de votre grossesse à toute personne qui vous prendra en charge.

Également, il est possible que votre organisme et celui du bébé ait une tolérance minime face un produit, même naturel. Cette alternative est alors destinée à réduire votre consommation médicamenteuse, mais ne vous dispense pas d’un avis médical.

Pour les maladies chroniques, comme l’asthme ou le diabète, le médecin peut vous prescrire des médicaments de substitutions ou même une thérapie compatible à votre grossesse.

Contrairement aux idées toutes faîtes comme quoi il ne faut faire attention que lors du premier trimestre de grossesse mais bien pendant toute la grossesse. Cette vigilance devra être conservée lors de l’allaitement.

Il est fortement recommandé de toujours faire appel à l’avis d’un spécialiste afin d’éviter d’éventuelles complications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *