La stimulation ovarienne

Vous ne pouvez tomber enceinte que si vos ovaires, un mois sur l’autres, sont capables de produire des ovules de bonne qualité. Si l’ovulation ne se fait pas correctement c’est que les ovaires, l’hypophyse ou l’hypothalamus ne fonctionnent pas correctement. L’action combinée des trois (leurs sécrétions hormonales en particuliers) garantissent une bonne ovulation.

Si vous rencontrez des problèmes ovulatoires le ou les traitements que vous proposeront les médecins agiront sur un ou plusieurs de ces trois zones.

Les comprimés

Dans un premier temps, la stimulation ovarienne se fait par l’absorption de comprimés à base de citrate de clomifène. Ce médicament hormonal entraîne la sécrétion du FSH, qui stimule le développement folliculaire. Il se prend dès le deuxième jour du cycle menstruel pendant une demi-douzaine de jours. Une tentative par cycle et généralement effectuée, et au bout d’environ 8 mois, sans résultat positif, il est fort probable que votre gynécologue vous oriente vers un traitement par injection.

Les injections

Ainsi, la deuxième méthode consiste en un traitement basé sur des injections de gonadotrophines, des hormones qui vont agir sur les ovaires. Le traitement débute avec un nouveau cycle et sera étroitement surveillé par un médecin, au risque d’une hyperstimulation ovarienne. Cette dernière se manifeste par une augmentation de volume et des douleurs au niveau de l’abdomen, il s’agit d’un gonflement des ovaires. Dans ce cas, vous devez impérativement consulter en urgence. Par ailleurs, au cours d’une fécondation in-vitro, vous aurez également recours à ces injections.

Les effets secondaires de la stimulation ovarienne

La stimulation ovarienne, quelle que soit la méthode utilisée, nécessite une surveillance étroite et régulière. Le traitement peut alors être adapté selon l’évolution de la situation. D’un côté, ce suivi permet de maîtriser les risques de grossesse multiple, d’un autre, il permet de faire face à certains effets secondaires.

Outre le syndrome d’hyperstimulation ovarienne, on cite les jambes lourdes, les troubles digestifs et respiratoires, la prise de poids, etc. Notons que face à certaines maladies comme le cancer, la stimulation ovarienne est contre-indiquée à la femme malade.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *