Être enceinte après 35 ans

L’âge est un facteur prépondérant dans la grossesse et la fertilité. Votre horloge biologique tourne, vous en êtes consciente et souhaitez plus que tout faire un bébé, ou éventuellement un autre bébé, avant qu’il ne soit vraiment « trop tard ».

Mais après 35 ans, qu’implique une grossesse ?

La fertilité après 35 ans

Il est certain que la fertilité après 35 ans n’est plus la même que 10 ou 15 ans auparavant. En termes de chiffres, le taux de chance de tomber enceinte spontanément diminue de plus 10 %.

Votre fertilité se trouve dans une sorte de phase transitionnelle, au cours de laquelle vous êtes toujours en état de tomber enceinte, mais plus aussi facilement.

La production d’ovocytes (gamètes femelles) et d’hormones est toujours présente, mais a considérablement diminué, ce qui ne rend pas la fécondation aisée.

Si vous souhaitez tomber enceinte, les médecins vous conseilleront d’essayer de manière naturelle. S’il n’y a aucun résultat au bout d’environ 6 mois, ces derniers pourront vous orienter vers différentes méthodes de PMA (procréation médicalement assistée), telles que la stimulation ovarienne, ou encore la FIV (fécondation in vitro) et l’insémination.

Risques liés à une grossesse tardive

Les grossesses après 35 ans sont considérées font l’objet d’un suivi plus étroit. Au niveau du fœtus, les risques relatifs à la trisomie sont beaucoup plus élevés. Un dépistage par amniocentèse est donc nécessaire, voire obligatoire, afin de détecter un quelconque problème au plus tôt.

Par ailleurs, une femme enceinte après 35 ans est plus encline à développer certaines complications graves, notamment l’hypertension artérielle, le diabète gestationnel, pouvant entraîner un poids important du bébé, la pré-éclampsie ou encore dysgravidie.

Plus vulnérable et moins énergique, vous serez sujette à une fatigue plus importante. La qualité des ovocytes produits après cet âge constitue également un facteur majeur quant aux risques de fausses couches (1er trimestre), de mort in utero du fœtus (2ème trimestre) ou de naissances prématurées, s’il s’agit notamment d’un premier enfant.

L’accouchement

Le nombre d’accouchements par césarienne est plus élevé dans les cas de grossesses tardives. En effet, l’accouchement par voie basse (voies naturelles) après 35 ans présente de plus grands risques d’hémorragies, de position en siège du bébé, ou encore d’une naissance survenue trop tôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *